Cendrillon de Joël Pommerat

Résumé :


Une toute jeune fille comprend difficilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n'ose lui faire répéter. Pourtant voilà Sandra-Cendrillon liée à cette phrase : "Tant que tu penseras à moi tout le temps, sans jamais m'oublier plus de cinq minutes, je ne mourrai pas tout à fait." 

Mon avis :


Il s'agit là d'une réécriture sous forme théâtrale de Cendrillon. Cette interprétation du conte est on ne peut plus moderne: le langage est très familier (mots tronqués, gros mots, etc.) et on ne s'intéresse qu'à l'essentiel: l'évolution et l'interaction des personnages dans l'histoire.

A la mort de sa mère, Sandra est persuadée qu'elle ne doit cesser de penser à sa mère sinon elle mourra "pour de vrai". Elle demande donc à son père de lui acheter une montre qui sonne toutes les cinq minutes afin de lui rappeler de penser à sa mère. Le personnage de Sandra est très attachant: elle est jeune, un peu idiote et très énervante

Lorsque son père décide de se remarier et l'emmène vivre chez sa futur épouse, Sandra accepte d'effectuer toutes les tâches ménagères qu'on lui propose: de cette façon elle est sûre de pouvoir penser à sa mère en permanence. Ses sœurs lui donnent alors le nom de "Cendrier", que le prince transforme en "Cendrillon".

Les relations entre les personnages sont hilarantes: incompréhensions, idioties et insultes rythment les dialogues. Cette réécriture est assez éloignée du conte original de Cendrillon : il n'en reste que les bals, la fée, la chaussure (mais qui n'est pas celle de Cendrillon) et les coups de minuit.

Chaque personnage à sa psychologie propre : 
La belle-mère a la critique facile et accorde beaucoup d'importance aux apparences. Ses deux filles sont tout simplement idiotes et flemmardes. Le père de Sandra est soumis aux décisions de sa futur femme et même s'il regrette le sort de sa fille, il ne fait rien pour changer les choses. Le Roi se soucie du bonheur de son fils et organise bal sur bal pour le combler. La fée s'ennuie en permanence...

L'intérêt du théâtre, et ce que j'ai apprécié dans cette lecture, c'est qu'on découvre le caractère d'un personnage grâce à ses propres paroles : c'est au lecteur de faire ce travail d'identification.

Les didascalies sont suffisantes pour qu'on comprenne l'esprit de la mise en scène de l'auteur et en même temps, elles laissent un peu de liberté à l'imagination du lecteur...
J'ai beaucoup aimé cette réécriture tout d'abord parce que j'ai beaucoup ris, mais aussi parce que j'ai aimé la simplicité des personnages et l'efficacité de leurs paroles: on ne tourne pas autour du pot; on va à l'essentiel.

C'est donc, d'après moi, une réécriture très efficace qui vaut la peine d'être lue (et vue si on en a l'occasion) !

 Ma note: 15/20

Commentaires

Articles les plus consultés