Forever, Bitch de Diglee

Résumé :


Louise, bientôt la trentaine, en couple, partage ses drames émotionnels avec son BGF (Best Gay Friend) et ses deux meilleures potesses aux caractères diamétralement opposés : Maud, Mère Teresa du plan cul depuis sa rupture avec l’ex-potentiel-homme-de-sa-vie, et Audrey, maquée avec son prince charmant… au grand dam de Maud, viscéralement mais secrètement jalouse de tant de niaiserie doucereuse.

Mon avis :


/!/  Ce livre n'est sans doute pas conseillé aux plus jeunes (propos grossiers et scènes érotiques)

Cette bande-dessinée se distingue des deux premiers albums de Diglee (que j'ai lu et chroniqué ici et ) car c'est une histoire à part entière qui relève de la fiction (mais très très inspirée par la vie quotidienne et ses amies, comme elle le dit au début et à la fin du livre).

Alors que ses deux albums précédents étaient composés des planches comiques sur elle et sa vie quotidienne ("Autobiographie" et "Confessions" ne sont pas dans les titres pour rien!), Forever, Bitch raconte l'histoire et la vie quotidienne de trois amies qui aiment faire la fête et subissent les dégâts de la vie amoureuse. 

L'humour et les dessins sont crus, beaucoup plus que ne le sont les deux premières BD ( et je ne suis pas du tout d'accord avec ceux qui les caractérisent de "vulgaires", les deux mots ont des sens bien différents!) mais ils restent tout aussi drôles et girly.
J'ai dévoré la BD que j'ai  malheureusement trouvé trop courte ! J'aurais aimé que l'histoire sont un peu plus développée...

Encore une BD de Diglee que j'ai adoré !
Ma note : 15/20



Commentaires

  1. Je ne connais pas le travail de Diglee mais ta chronique me donne envie de le découvrir surtout que la BD a l'air sympa !!

    RépondreSupprimer
  2. C'est marrant parce que je fais partie des gens qui ont trouvé cette BD vulgaire, dans le sens où certaines paroles sont grossières.
    J'admets que certaines personnes soient très décomplexées sexuellement, mais il y a des façons de dire les choses et dans la BD de Diglee j'ai vraiment vu cette parole décomplexée comme quelque chose de vulgaire, et surtout à ne pas mettre entre toutes les mains. Ça manque de distinction, d'élégance et ça m'a pas mal déçue de la part de l'auteure qui a de jeunes lectrices qui pourraient être choquées par les propos, les actes sexuels décrits dans la BD qui sont pratiqués quand on a une bonne connaissance de son corps, de ses désirs, mais pas quand on découvre tout juste sa propre sexualité.
    Je m'égare. Mais les parents des jeunes filles devraient être avertis de cette parole décomplexée et déconcertante.
    Et rien que la phrase à l'arrière de la BD est grossière, vulgaire.
    J'adorais Diglee avec ses autres BD, mais clairement, ce qu'elle a mis en place avec Forever Bitch m'a complètement déroutée, et je ne comprend pas où elle veut en venir dans son travail de dessinatrice-scénariste BD.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien justement, moi je dirais plus "grossier" que "vulgaire" dans le sens où ses paroles et ses dessins sont crus. Pour moi, "vulgaire" à un sens beaucoup plus péjoratif...
      Je pense qu'en fait on est plutôt d'accord, sauf qu'on n'utilise pas les mêmes mots pour le dire.
      Effectivement, ça change beaucoup beaucoup des premières BD de Diglee et c'est un peu déroutant mais je pense qu'il faut le prendre comme une fiction : comme tu disais, l'histoire de trois femmes décomplexées, bien dans leur peau et qui s'assument sexuellement.
      Je pense que là, contrairement à ses deux premiers album, il ne s'agit pas de Diglee mais de personnages qu'elle a inventé et qu'elle fait vivre. Je pense que c'est un travail d'écriture (je ne sais pas si on peut dire ça pour un illustrateur..) comme un autre : se mettre dans la peau dans certain personnage.
      Mais tu as raison de dire que cette BD ne doit pas être mise entre toutes les mains (je l'ai dit moi même dans la chronique en vidéo) et je vais le rajouter dans ma chronique :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés